RaphGluck et OliFaure : Deux hommes parurent.

AFP  6 avril 2019
Ambroise Fiction Presse

Comme il faisait des sondages à 5 % le couloir du TGV se trouvait absolument désert. Deux hommes parurent. L’un venait de Toulouse, l’autre également, du meeting de lancement d’une liste commune pour les élections européennes. Ils délaissèrent leur débat sur le ralliement impromptu de Gustave à l’arrivée de Jean-Baptiste qui lui aussi revenait à Paris.

Avec eux, le mis en troppe ? Raphaël venait de s’enflammer à la tribune : « il faut retrouver un langage amoureux, l’amour des causes, l’amour des défavorisés. » Inspiré, Olivier répondit : « Moi votre ami ? Rayez cela de vos papiers. J’ai fait jusqu’ici profession de l’être ; mais après ce qu’en vous, je viens de voir paraître, je vous déclare net, que je ne le suis plus, et ne veut nulle place en des cœurs corrompus.»

Enfin, ne laissant la tête de liste répliquer : « Morbleu, c’est une chose indigne, lâche, infâme, de s’abaisser ainsi, jusqu’à trahir son âme.» Mais on vint, et les deux compères proclamèrent alors opportunément œuvrer pour l’unité et être en tout sincère.

2019-04-06  20h13 ap

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s