Éternité

Éternité

AFP – Ambroise-Fiction-Presse. Le Chat du 28 rêve d’une orgie perpétuelle. 2 mai 2021 (suite et fin -?- de la chronique sur le confinement, tome 3)

http://editionsbourgblanc.com/content/?id=298

Bon anniversaire ! C’est moi qui ai insisté pour avoir un gâteau avec toute la famille en visioconférence zoom. Et une grosse bougie ! Un an !

Chaque 2 mai, je vais fêter ma résurrection. Les commémorations c’est quand tout est terminé, je sais, et c’est vrai nous sommes toujours en guerre, le Covid est loin d’être vaincu. Les cérémonies officielles très peu pour moi, je suis plutôt genre rebelle anticonformiste ! Mais mon histoire est quand même assez exceptionnelle. Je fête cet anniversaire non seulement pour mon plaisir mais pour signifier ma gratitude, pour dire que chaque année je me souviendrais du sourire de l’infirmière chuchotant : « bonjour Monsieur Lazarus vous vous réveillez ? »

J’avais dû m’assoupir, car je venais de monter dans l’ambulance des pompiers, c’était le 1er avril, 2020 donc, et j’ai vraiment la faculté de m’endormir en un instant, un petit somme le temps de faire le trajet vers l’hôpital…

J’étais rentré de Paris avec un ami en TGV deux semaines auparavant, juste avant le confinement. Et là, je m’étais senti un peu mal, ça a duré quelques jours, de la fatigue et guère envie de manger. On a finalement appelé notre médecin de famille, il nous a envoyé SOS-Médecins. Les deux jeunes toubibs n’ont pas hésité, allez, on vous envoie à l’hôpital pour un petit contrôle, tout va bien. Quand j’ai vu que c’étaient les pompiers qui m’embarquaient, j’ai pensé que les deux jeunes probablement stagiaires et inexpérimentés en faisaient un peu trop, mais qu’ils prenaient leurs précautions… Et mince ai-je pensé, j’ai laissé mon ordinateur allumé, et demain il faut que j’aille récupérer ma montre, avant que tous les magasins ne soient totalement fermés.

Donc j’ouvre les yeux, excusez-moi je me suis endormi, je suis où, à Hautepierre ? Eh bien non, j’étais à Limoges, et ce n’était pas l’après-midi du poisson d’avril mais le 2 mai ! On m’avait de suite mis en réanimation, j’avais été dans une phase critique, foutu, puis miracle, les organes se sont remis à fonctionner, oxygène et tubes partout, et on m’avait expédié par avion dans la capitale de la vaisselle pour faire de la place à un « suivant » …

On m’a répété que j’avais eu beaucoup de chance, que ma constitution était bonne pour mes 77 ans (comme Tintin que je lisais à 7 ans) et qu’on me renverrait bientôt en Alsace si je continuais à bien me rétablir.

Ça va donc mieux maintenant, il m’a fallu toute une année de rééducation pour prendre le dessus… vous m’excuserez si je suis un peu long, mais ça fait tellement plaisir de bavarder…

Donc, un an ! Je souffle ma bougie, je regarde l’écran, je ne vois que des sourires et des pouces en avant… Aujourd’hui 2 mai 2021 on est presque au bout du troisième confinement, avec la fin de la limitation des 10 km de chez soi. J’ai lu les deux premiers volumes du « Chat du 28… », des chroniques amusantes et flippantes, on habite pas loin de la rue Geiler.

J’ai donc rêvé pendant plus d’un mois et les tubes ont fait pour ma survie autant que les souvenirs font plonger dans le passé. On dit que sur le point de mourir on se souvient de toute sa vie en un instant. 

Depuis que je suis rentré à la maison, je vénère mes habitudes. Mon passé existe dans mon présent, et même si je ravive les mille projets que j’ai en cours, c’est ma mémoire qui est devenue ma réalité, ma mémoire est devenue ma vie de tous les jours. Je me lance dans une activité et c’est le puzzle de mes 77 années qui rend efficace mon action. Je suis heureux car rien de ce dont je me souviens me paraît inutile. Quand on survit une fois, on est immortel.

Je n’établis aucune hiérarchie dans mes plaisirs à être « un survivant du Covid ». Tout m’apporte satisfaction. (Les Rolling Stones je les écoute maintenant sans casque, à fond, la fenêtre ouverte sur mon balcon, au soleil de l’Esplanade). That’s what I say, and I try… 

J’ai autant de bonheur éternel à humer la petite fumée de la bougie juste soufflée qu’à deviner que le téléphone qui sonne maintenant c’est ma petite fille chérie adorée.

À bientôt.

2021-05-02 23h13 ap

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s