Rimbaud pour fuir, la nature pour rêver, retour sur images d’un confiné (12)

cliquez sur le titre en bleu, et sur ‘suivre’… / la lassitude, à la mi-avril, se mesure au désintérêt pour les vidéos rigolotes, aux ricanements pour les cours de gymnastique en salon, à la radio que l’on éteint à l’heure de la recette facile et si bonne. La vraie vie est ailleurs, on te suit, Rimbaud !
la radio et les quotidiens ne savent plus quoi décrire, tant de belles histoires dans ce contexte de malheur, alors on appelle à la rescousse les psychologues qui nous parlent de nos angoisses comme pour nous distraire
bien sûr il y a les voisins, et nos petits jardins, notre vie publique et notre vie privée, et notre jardin secret
comment te dire adieu ? sous aucun prétexte on ne veut avoir de réflexes malheureux, dehors c’est le désert, et peut-être ce sera le Sahara sous peu
un intrigant visiteur dans la jardinière du balcon, Eole emportera les aigrettes, cent nuages mouvants sous le souffle des vents, et nous confinés on rêve d’être emportés
et si l’on fait trois pas, on le voit, la nature a repris ses droits
Van Gogh au jardin
et si l’on observe bien, les roses de ma grand-mère sont aussi jaunes que mon grand-père qui était asiatique
on peut vivre sans, mais on vit tellement mieux avec le théâtre, le cinéma, la littérature

Cela fait plus d’un mois que l’on vit avec un bout de papier dérogatoire. Dehors et avant sont des concepts abstraits, il reste la poésie, la vraie vie est ailleurs, Rimbaud. La nature que l’on observe de son balcon nous mène au loin. Un intrus dans les géraniums, un pissenlit pour qui on guette l’anémochorie fatale

LE LIVRE   

Le Chat du 28 prend le Soleil, Journal d’un Confiné    17 mars – 11 mai 2020   

rue Geiler à Strasbourg   –     Ambroise Perrin  –    Plus de 500 apostilles et notules en 59 épisodes, 48 dessins de Liza Reichenbach, Cahier au jour le jour de 64 photos légendées, 

192 pages, 20 x 25 cm, 15 euros,  publication le 12 juin probablement

contacts livre: editionsbourgblanc@gmail.com

3 commentaires sur “Rimbaud pour fuir, la nature pour rêver, retour sur images d’un confiné (12)

  1. J’adore les textes et les dessins, et bien sûr aussi les photos ! Elles permettent de voir la rue Geiler et son environnement. La dessinatrice a beaucoup de talent ! Les couleurs de ses dessins sont chaudes, elles font du bien.

    J'aime

  2. Cher Ambroise,
    Je me suis régalée de tes textes tout au long du confinement. Je découvre les dessins que je trouve très beaux et pertinents. .
    J’ai hâte d’acheter le livre ? Peux-ton déjà le commander ?
    Bises,
    Martine

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s