Je crois en toi, promesse toute-puissante, Journal d’un reconfiné (06) –ambroise perrin

https://afp-ambroise-fiction-presse.com/2020/11/02/tout-ce-que-le-ciel-permet-journal-dun-reconfine-05-ambroise-perrin/

Ambroise Perrin, lundi 2 novembre 2020

C’est un grand magasin d’une chaîne très « Active» qui vend de tout, du bricolage, des cosmétiques, des fleurs en plastique, des cadres avec Marilyn et des soupes chinoises en sachet. On y va pour acheter un pot de colle et on ressort un panier plein ; aujourd’hui les trois quarts des rayons sont couverts d’un grand film transparent qui masque les produits interdits à la vente. La peinture blanche pour plafond est autorisée : «c’est incompréhensible» me dit une vendeuse. Je suis seul dans les rayons. Pour ne pas rester désœuvrées, quatre de ces dames font du « réassort ». Elles portent des gilets orange à bandes fluorescentes avec dans leur dos, imprimé et souligné: distance de 1,5 mètre, et plus bas : merci ! « On ne comprend rien, ça change tout le temps, on ne sait pas quoi faire, ce n’est pas impossible qu’on ferme demain. Les patrons ne peuvent rien nous promettre».

Machiavel disait au Prince qu’il n’y avait pas d’obligations à tenir ses promesses, il suffisait, les hommes étant ce qu’ils sont, de simuler et de dissimuler. Montaigne lui respectait sans conditions une promesse, haute valeur éthique, pour ne pas manquer à l’humanité. Les philosophes distinguent deux promesses, celle du contrat et celle de l’alliance. Le contrat relève de l’institution sociale. L’alliance est un schéma biblique, l’alliance entre Dieu et un peuple et à travers lui l’humanité.

Quand les gouvernants nous promettent la survie à la pandémie, ils établissent une structure théologique du politique. Le confinement ressemble à un pari de publicistes, mêlant des démagogues, des technocrates, des savants et parfois des prophètes. La mort si présente dans les déclarations du président et du premier ministre confronte la toute puissance de l’homme à celle mystérieuse d’une fatalité qui se nommerait Dieu. Promettre, analyse Vincent Peillon philosophe ancien député européen et ministre de l’éducation, promettre est une action de réparation et de promotion de la justice sociale. 

Pourquoi ce deuxième confinement semble-t-il déjà montrer ses limites ? Parce que la dimension éthique, qui nous faisait applaudir chaque soir à 20 heures, est perdue. L’individu se désengage et se déresponsabilise. La promesse que l’on accepte en signant une attestation de déplacement dérogatoire n’est pas un contrat commercial ou juridique. C’est la reconnaissance d’une alliance avec la politique, la politique réparatrice des souffrances et des injustices. Je crois en toi, promesse toute-puissante…

Un commentaire sur “Je crois en toi, promesse toute-puissante, Journal d’un reconfiné (06) –ambroise perrin

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s