Le marbre dont sont faits les rêves, Journal d’un confiné (51) -ambroise perrin

https://afp-ambroise-fiction-presse.com/2020/03/19/journal-dun-confine-mardi-17-mars-2020-midi-ca-commence/

suivez en cliquant sur l’onglet bleu, sans pub ni cookies (confirmez ensuite par mail), lisez tous les épisodes dans la colonne de droite

Ambroise Perrin, dimanche 3 mai, suite…

  • masques en vente ! on va pouvoir le choisir comme une paire de lunette, sobre ou coloré, avec motif ou rayé pour refléter notre personnalité et mon ami opticien à Wissembourg vous accueillera d’un clin d’œil, seule partie du visage non masquée

 

  • longé sans le traverser le jardin botanique en jogging au bout de la rue Wimpheling, les gens se sourient

 

  • parfois sur des plaques de nom de rue, Schweighauser, Reims, Geiler, Sleidan un crêpe noir, chatterton de gutta-percha qui résiste au temps, c’était en 1997, Strasbourg en deuil le jour du grand meeting de Le Pen

 

  • municipales 2è tour, annonces hypothétiques et on ne vous oublie pas pour tester les réactions et faire montre d’anticipation, les maires qui voulaient partir en mars, ou battus ou presque battus restent en poste pour gérer le coronavirus, autres héros de l’ombre

 

  • Schengen cité comme référence de prochaines ouvertures, les frontières redeviennent européennes, quelle bonne nouvelle

 

  • une anthropologue avertie: continuer à respecter les barrières sociales sera une révolution anthropologique, ce n’est pas dans la nature humaine (ni dans les habitudes alsaciennes) d’être physiquement loin des autres ; resteront après le confinement les connivences culturelles et les échanges intellectuels,  les choux et les cigognes

 

  • on entend à la radio, le 11 mai ‘si tout va bien’

 

  • on risque de passer directement du 10 au 12 mai « si les Français manquent de civisme dit le ministre de la santé ; le 11 mai n’est pas gravé dans le marbre ». Nous sommes du marbre dont sont faits les rêves et notre petite vie est entourée de sommeil, un peu La Tempête, Shakespeare

 

  • les soignants des hôpitaux s’octroient un premier week-end de repos. Sentiment de commettre un abandon, mal à l’aise à la maison, après les semaines dramatiques mais aussi trépidantes des chambres respiratoires, des couloirs et blocs opératoires jours et nuits. We few, we happy few, band of brothers, cette poignée de femmes et d’hommes, tous frères, que nous applaudissons chaque soir à 20h, Henri V, Shakespeare

 

  • Les Animaux malades de la Peste, ce n’est pas la pandémie le propos de La Fontaine, mais ses conséquences, les inégalités dans les situations dramatiques. Un mal qui répand la terreur… selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir

à suivre…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s