Chantons sous la pluie, Journal d’un confiné (22) –ambroise perrin

https://afp-ambroise-fiction-presse.com/2020/03/19/journal-dun-confine-mardi-17-mars-2020-midi-ca-commence/

Cliquez sur ‘menu’ puis en jouant avec la souris sur ‘suivi’ -sans pub ni cookies- pour lire tous les articles et ‘s’abonner’ 

Ambroise Perrin, vendredi 3 avril, suite…

  • le Bac Coronavirus sera-t-il comme le Bac Mai 68, considéré «avec un petit sourire»?

 

  • c’est le départ en vacances, au lieu de dormir dans ta chambre tu coucheras au salon sur le tapis la fenêtre ouverte

 

  • portes ouvertes aux euphémismes : les DNA titrent Les choix impossibles. Pas assez de lits à l’hôpital pour tous les malades

 

  • il paraît que le confinement c’est fini pour les moins de 65 ans… communication confuse…

 

  • le restaurant japonais ex chinois nourrit tout le quartier, toujours 4 ou 5 livreurs à vélo en attente sur le trottoir

 

  • le facteur pose son vélo : la semaine prochaine seulement deux fois, mercredi et jeudi

 

  • la marchande de journaux et surtout de tabac : je n’ai même pas le temps de prendre un café

 

  • invitation à participer à une conférence par vidéo. Quel bazar pour être tous ensemble chacun chez soi, cette application à installer avec une déferlante de publicités et autres clics parasites incontournables. Je sais, au-dessus de 14 ans (mon cas) on est paumé

 

  • les voisines absentes aux applaudissements : pas malades ?

 

  • peindre en blanc le mur aveugle du hangar voisin qui donne sur la cour, espace entre les rues Geiler, Wimpheling, Sleidan et Fischart, en un écran pour des séances de cinéma ; on passera les grillages, une fête de tout le quartier pour la sortie du confinement : choix possible, Singin with the virus, avec Gene Kelly et Debbie Reynolds (quand elle quitte le cinéma en courant, je pleure à chaque fois !) et le sublime Donald O’Connor, Make them Laugh ! (on en aura besoin !)

 

  • 1200 morts en une journée aux USA de la «grippe» de Trump ; makes him laugh ?

 

  • un entrepôt frigorifique des bouchers du marché de Rungis sert de morgue

 

  • pissenlits de hier, addenda : manger les pissenlits par la racine

à suivre…

Un commentaire sur “Chantons sous la pluie, Journal d’un confiné (22) –ambroise perrin

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s