Flaubert, Journal d’un confiné (10) –ambroise perrin

https://afp-ambroise-fiction-presse.com/2020/03/19/journal-dun-confine-mardi-17-mars-2020-midi-ca-commence/

(il faut cliquer sur « voir tous les articles » pour lire dès le début, en remontant… je ne fais de mail à tout mon carnet d’adresse pour ne pas vous envahir, soit «abonnez-vous» – gratuit sans pub ni cookies- en cliquant en bas à droite, soit visitez de temps en temps ce blog – 456 visiteurs hier )

Ambroise Perrin, lundi 23 mars 2020, suite…

  • salut ! tu étais où ce week-end ?

 

  • appel aux coiffeurs et coiffeuses : une vidéo pour se couper soi-même les cheveux devant une glace

 

  • des textes (sans mention de source évidemment) diffusent des rumeurs de couvre-feu, d’armée au coin de la rue etc. Réponse d’un conseiller politique de mes amis «bien informé» dans les arcanes du pouvoir: bientôt obligation de sortir uniquement entièrement nu (avec l’attestation en main) car le virus fusionnerait avec le coton.

 

  • on va vieillir plus lentement en restant à la maison

 

  • envie de voir des westerns avec de grandioses paysages

 

  • Blablacar réservé pour faire l’aller-retour salon – salle de bain

 

  • jouons ! Et si le confinement avait commencé … 3 jours avant votre mariage ? la veille de votre accident de voiture ? la semaine de votre bac ? pendant vos vacances sur une île déserte ?

 

  • quand Sarkozy était président, les journalistes avaient lancé une boutade, 24h sans parler de Sarko. Une journée sans parler du virus ? (pas sympa pour Sarko, je sais…)

 

  • un autre jeu : toi tu choisis le mot confinement, moi coronavirus : on allume la radio… et le premier dont le mot est prononcé a gagné (je sais l’heure est grave, alors jouer ??)

 

  • tous ces téléspectateurs seuls devant leur poste. La solitude. Le solitaire a besoin de s’identifier à un double, un personnage qui lui ressemble et pourtant le magnifie

 

  • oubliez enfin les milles raisons qui vous retiennent où vous êtes, ou apprenez-moi à vivre où vous n’êtes pas. Quand les blessures sont mortelles, tout secours devient inhumain. Nous entretenons de « dangereuses liaisons », aussi avec le confinement

 

  • l’Unesco met gratuitement sa bibliothèque numérique en ligne, 19147 articles en français sur 193 pays entre 8000 ans av J.-C. et 2000. https://www.wdl.org/fr  J’ai cliqué sur « Flaubert », 4 articles passionnants. J’ai cliqué sur « coronavirus », 0 résultats. C’est rassurant ?

à suivre…

7 commentaires sur “Flaubert, Journal d’un confiné (10) –ambroise perrin

  1. j’adore : « oubliez enfin les mille raisons qui vous retiennent où vous êtes, ou apprenez-moi à vivre où vous n’êtes pas. Quand les blessures sont mortelles, tout secours devient inhumain. Nous entretenons de « dangereuses liaisons », aussi avec le confinement !  » Tu es très inspiré sur ce coup là ! citation ou toi ?

    J'aime

  2. Comme toi je consomme beaucoup de westerns en ce moment, souvent 2 à la suite…: TCM, Paramount Chanel, Ciné club et Ciné classic. Parfait antidote au malaise du confinement !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s