Les prisonniers ont envie de rire, Journal d’un confiné (42) -ambroise perrin

https://afp-ambroise-fiction-presse.com/2020/03/19/journal-dun-confine-mardi-17-mars-2020-midi-ca-commence/

 Cliquez sur ‘suivi’ en bas à droite -sans pub ni cookies- pour lire chaque nouvel épisode

Ambroise Perrin, vendredi 24 avril, suite…

  • on ne compte plus les morts mais ceux qui ne sont pas morts, le ministre donne le chiffre de 60 000 vies sauvées grâce au confinement ; levez la main les sauvés ?

 

  • t’as calculé combien de jours avant le 11 mai pour finir tout ce qu’on veut faire ?

 

  • difficile confinement pour les personnes dépendantes de produits illicites, approvisionnement, faire sans ? Attention aux excès lors de la sortie, prévient l’émission ‘virus au carré’

 

  • Van Gogh dans le carré jardin de la cour, les iris bleus jaillissent au soleil

 

  • aux Etats-Unis les élections plus fortes que le virus, des gouverneurs pro-Trump autorisent les salons de massage (un mètre de distance ?)

 

  • mise en place d’une synchronisation de circulation et réflexion à l’échelle transfrontalière annonce le premier ministre à Strasbourg (Strasbourg capitale européenne pour l’harmonisation de la simplification?)

 

  • vocabulaire officiel, déconfinement progressif est devenu déclinaison territoriale cadencée. Bref, c’est pas comme on veut, c’est chacun son tour. Et tous ensemble ce serait cocotte-minute selon le ministre

 

  • fin du confinement, les lobbies des restaurateurs montent à l’assaut des bureaux des pleurs. C’est bon tonton maintenant on sait manger pour de bon à la maison, mais se donner rendez-vous sur une terrasse juste pour un pot, ça, ça nous manque!

 

  • y’a personne ! 182 km/h sur l’autoroute limitée à 110 ! La Mercedes à la fourrière et poursuites judiciaires, c’est aussi le retour des gendarmes

 

  • trente années de recherches et… un mois de confinement pour que Henri Rünneburger achève la rédaction de son dictionnaire alsacien-français, trois tomes, le virus lui a donné le temps de terminer, M’r wurd erscht mit de johre schlöij

 

  • Eugène Grindel est confiné à l’âge de 17 ans dans un sanatorium en Suisse, il y tombe raide amoureux de Helena Diakonava. L’amour de la poésie plus fort que la tuberculose, les tourtereaux prennent noms de Paul Eluard et Gala. Toute l’œuvre d’Eluard est empreinte de ce confinement de jeunesse, l’art d’être malheureux, Capitale de la Douleur : « les prisonniers ont envie de rire… ». J’écris ton nom, confiné…

à suivre…

Un commentaire sur “Les prisonniers ont envie de rire, Journal d’un confiné (42) -ambroise perrin

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s