Niort/Serotonine-Houellebecq : «et la ville la plus laide, c’est…»

AFP  5 janvier 2019
Ambroise Fiction Presse

Non, la ville de Niort n’est peut-être pas la plus laide de France, comme décrite par le romancier à succès français Michel Houellebecq dans son ouvrage de rentrée « Serotonine ». Le syndicat des Offices de Tourisme des Petites et Moyennes Villes de France annonce que de nombreuses autres cités revendiquent, preuves à l’appui, cette qualification.

« Etre la plus moche, c’est à coup sûr une belle attraction touristique » affirme son représentant. Ainsi la ville de Wissembourg, 8000 habitants au nord de l’Alsace à la frontière allemande, avec son entrée copiée sur les zones commerciales américaines, ses enseignes lumineuses en néon blafard, ses bannières criardes masquant le paysage, ses arbres coupés Allée des peupliers.

Face à cette polémique identitaire chère à l’auteur, l’éditeur Flammarion a décidé de lancer un « concours de laideur », en proposant aux lecteurs de faire parvenir au service de promotion de l’ouvrage « les photos les plus représentatives » pour qu’un jury, présidé par Houellebecq lui-même, choisisse les « plus laides possibles ». Le romancier se déplacera alors dans ces « horribles endroits » pour y visiter les librairies et y organiser une séance de signature et saluer « les lecteurs vivant dans le plus laid de la laideur ».

2019-01-05  10h13 ap

Un commentaire sur “Niort/Serotonine-Houellebecq : «et la ville la plus laide, c’est…»

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s